Page:Taine - Les Origines de la France contemporaine, t. 8, 1904.djvu/60

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
56
LA RÉVOLUTION


« compte 1000 à 1200 pères de famille », seule, écrit l’agent[1], « une Société populaire, composée de 30 ou de 40 membres au plus, maintient et commande l’amour de la liberté ». — Dans Arras, « sur trois ou quatre cents membres qui composaient la Société populaire », l’épuration de 1794 n’en épargne que « 63, dont une dizaine d’absents[2] ». — À Toulouse, « sur 1400 membres environ » qui formaient le club, il n’en reste, après l’épuration de 1793, que trois ou quatre cents, simples machines pour la plupart, et que « dix à douze intrigants conduisent à leur volonté[3] ». — De même ailleurs : une ou deux douzaines de Jacobins de bonne trempe, 22 à Troyes, 21 à Grenoble, 10 à Bordeaux, 7 à Poitiers, autant à Dijon[4], voilà le personnel actif d’une grande

    sont presque tous modérés. » — (Lettre de Gadolle, Dunkerque, 26 juillet 1793.) — Lettre de Simon, Metz, 5 nivôse an II) : « Hier, à la nouvelle de la prise de Toulon annoncée au spectacle… j’ai remarqué qu’il n’y avait à peu près que le tiers des spectateurs qui s’adonnèrent à une joie patriotique. Les deux autres tiers restèrent froids ou allongèrent la figure. »

  1. Archives des affaires étrangères (Lettre de Haupt, Belfort, 1er septembre 1793).
  2. Rapport de Courtois sur les papiers de Robespierre, 274 (Lettre de Darthé, 29 ventôse an II).
  3. Tableau des prisons de Toulouse, par le citoyen Pescayre (publié en l’an III), 101.
  4. Archives nationales, F7, 4421 (Registre du Comité révolutionnaire établi à Troyes, le 11 brumaire an II). — Albert Babeau, tome II, passim. — Archives des affaires étrangères, tome 332 (Lettre de Chépy, Grenoble, 6 brumaire) : « Les sections avaient nommé sept comités de surveillance ; quoique épurés par le club, ils alarmaient les sans-culottes. Le représentant Petitjean a fait un arrêté par lequel il ordonne qu’il n’y aura à Grenoble qu’un seul Comité, composé de 21 membres. Cette mesure est excellente et assure le triomphe du sans-culottisme. » — Archives nationales, F7, 4434 (Lettre de Pévrieu à Brissot, Bor-