Page:Tamizey de Laroque - Les correspondants de Peiresc - Bouchard, Jean-Jacques.djvu/11

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


LETTRES INÉDITES DE JEAN-JACOUES BOUCHARD

Monsieur, la precipitation du départ de la Barque dont je ne viens que d’estre averti tout à cette heure, m’empeche de vous pouvoir icy rendre compte avec la diligence que je desire des commissions qu’il vous a pleu me faire l’honneur de me donner dans vos deux dernieres lettres ; c’est pour quoy j’attendray jusques au premier ordinaire à y respondre. Cependant je vous envoye icy une relation de l’embrasement du Vésuve (1)

(1) Feu M. Noël des Vergers, auteur de l’excellent article Vésuve de la dernière édition de l’Encyclopédie moderne, rappelle qu’en 1631 « le phénomène se renouvela avec une violence que proba blement il n’avait pas eue depuis le dernier jour de Pompéi. Cet érudit ajoute « C’est là la première éruption dont nous ayons des détails exacts, enregistrés sur le lieu même par des auteurs contemporains. L’un d’eux, le Braccini, qui avait gravi la montagne quelques mois avant l’événement, nous la représente comme couverte de végétation jusque dans l’intérieur du cratère. Ce fut le 16 décembre, à la suite de plusieurs tremblements de terre, qui, depuis six mois, causaient des désastres en Campanie, qu’au lever du soleil on vit s’élever du cratère cet épais nuage de fumée précurseur ordinaire des éruptions volcaniques. Depuis une heure de l’après-midi jusqu’à sept heures du soir, le sol s’agitait à Naples de manière à faire craindre l’écroulement de toute la ville ; puis, le jour suivant, à neuf heures du