Page:Tardivel - La Langue française au Canada, 1901.djvu/14

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
II
À NOS COMPATRIOTES.

juges, nous le prions de vouloir bien lire, après notre annonce, les belles et fortifiantes paroles de NN. SS. les Évêques.

Enfin, notre circulaire du 26 du courant que nous croyons encore utile de reproduire, achèvera de les renseigner sur les motifs qui nous ont fait agir, et leur fera connaître l’heureux fruit que nous espérons de la diffusion sérieuse de la conférence sur la Langue française au Canada.

Enfin, la lecture attentive de cette conférence terminée, le cri qui s’échappera de la poitrine de tout vrai Canadien sera, sans aucun doute, celui-ci « Que les canadiens ont raison d’être fiers de leur origine, de leur nationalité, de leur langue ! Et qu’ils auraient tort de cultiver l’anglais au détriment de la langue française ! Reconnaissance à M. Tardivel de nous avoir fait si bien comprendre cette grande vérité, qu’un grand nombre des nôtres semblent oublier ! »


Alphonse Leclaire,
Président du comité