Page:Tardivel - La Langue française au Canada, 1901.djvu/21

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
v
À NOS COMPATRIOTES.

Il faudrait répandre cent mille exemplaires de cette brochure au Canada et aux États-Unis, pour nous laver d’un reproche odieux que l’on veut faire retomber sur notre religion et notre nationalité.

Le tirage sera limité. S’adresser à


M. Alphonse Leclaire,
290, rue Université, Montréal.




II

LETTRES DE NN. SS. LES ÉVÉQUES.


N. B. Ayant demandé « un mot d’encouragement » à NN. SS. les Évêques, M. Alphonse Leclaire a reçu de Leurs Grandeurs les lettres suivantes, que nous donnons, en suivant l’ordre des dates.


1o Mgr l’Archevêque de Montréal.


7 mai.


Monsieur. — L’analyse publiée par les journaux de Montréal, au lendemain de la conférence donnée par M. J.-P. Tardivel, à l’Union Catholique, sur la Langue Française au Canada, avait dans le temps attiré mon attention.