Page:Tardivel - La Langue française au Canada, 1901.djvu/57

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
23
AU CANADA

formations du latin venu en contact avec le celtique et le franc : transformations originales que le petit peuple a conservées intactes à travers les âges.

On ne doit donc pas mépriser les patois. N’oublions pas qu’à Lourdes, c’est en patois que la sainte Vierge a parlé à Bernadette. La formule célèbre : “ Je suis l’Immaculée Conception. ” n’est qu’une traduction. Le texte se lit comme suit : “ Qué soi l’Immaculée Conception. ” Donc, si nos populations rurales parlaient un patois, nous n’aurions pas à en rougir.

Mais c’est le français qu’elles parlent et non pas un patois ; et la raison en est bien simple. Le français s’est répandu dans le nord et le centre de la France bien plus vite que dans le midi. Au XVIIe siècle, on parlait, depuis longtemps, le français dans les provinces d’où sont sortis presque tous les ancêtres du peuple canadien. C’est donc le français, et non un patois, qu’ils ont apporté au Canada et qu’ils nous ont transmis.