Page:Tardivel - La Langue française au Canada, 1901.djvu/72

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
38
LA LANGUE FRANÇAISE

soutenu, oi se prononce comme la diphtongue . ” À la page 44 nous lisons : “ Oi aie son de l’o et de l’è ouvert, gloire, roi, loi, qu’on prononce comme s’il y avait gloère, roè, loè, et non pas comme le peuple de Paris qui prononce oa, voa, loa, boas, toa, moa, emploa, voax, etc.

Et “ le bonhomme ” La Fontaine, qui passe pour avoir possédé assez bien sa langue, n’hésite pas à faire rimer étroit avec fluet. En effet, sa fable intitulée : La Belette entrée dans un Grenier, commence ainsi :

Demoiselle Belette, au corps long et fluet,
Entra dans un grenier par un trou fort étroit.

Il est donc manifeste qu’au commencement du XVIIIe siècle, ceux qu’on appelait alors les honnêtes gens, disaient, dans la conversation ordinaire, je crès, il crèt, vous crèyez, exactement comme nos habitants prononcent encore aujourd’hui ; et que, même dans le discours soutenu, on disait je croès et non point je croas.

Du temps de Rabelais (1483-1553), non seulement on prononçait ainsi, mais on écrivait mâchouère, mouchouère, razouère, etc.