Page:Tardivel - Vie du pape Pie-IX - ses œuvres et ses douleurs, 1878.djvu/99

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



L’ÉLECTION DES PAPES


Il ne sera peut-être pas sans intérêt de connaître comment les papes ont été élus depuis le commencement de l’ère chrétienne jusqu’à nos jours.

Le premier pape, saint Pierre, a été choisi, comme chacun le sait, par Notre Seigneur lui-même.

Les trois premiers successeurs de saint Pierre, saint Lin, saint Clet et saint Clément furent désignés par leurs prédécesseurs.

Les papes furent ensuite élus par le clergé romain, qui prenait l’avis des fidèles.

La première élection papale dont les détails sont consignés dans l’histoire de l’Église est celle de saint Sixte, successeur de saint Alexandre Ier. Saint Sixte, élu en 117, mourut en 127. Cette élection eut lieu dans la catacombe de la via Nomentana, à 7 milles de Rome, immédiatement après les obsèques du Souverain Pontife défunt.

Le plus ancien des évêques, ou à son défaut, le plus ancien des prêtres, demandait aux clercs et aux laïques qui avaient assisté aux obsèques : « Qui vous semble le plus digne de s’asseoir sur le trône pontifical ? » L’assemblée répondait en proclamant le nom que des mérites plus éclatants et des vertus plus notoires désignaient aux suffrages.

On s’appuie souvent sur la manière dont l’élection du Souverain-Pontife se faisait dans les premiers siècles de l’ère chrétienne pour accuser l’Église de tyrannie, de réaction, etc. Autrefois, dit-on, le gouvernement de l’Église était démocratique. Il faut s’entendre ; il y a une bonne et une mauvaise démocratie. L’Église est l’institution la plus démocratique qu’il y ait au monde, dans le vrai sens du mot.

Dans l’Église catholique les paroles, égalité et fraternité, dont on fait un si grand abus de nos jours, ne sont pas des paroles vaines ; elles ont une signification réelle. Au sein de cette Église fondée par l’Ouvrier de Nazareth, le paysan et le roi, le riche et le pauvre ont les mêmes droits et les mêmes devoirs, ils se soumettent à la même autorité, ils attendent la même récompense au ciel.