Page:Tastu - Poésies nouvelles, 3ème édition, 1838.djvu/317

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
309
NOTES.

Pavillon des riches paquebots américains, qui font sans interruption le service du Havre à New-Yorck.

Avec son nom proscrit… Et le voila cinglant
Avec son nom proscrit et son pavillon blanc !

Le baleinier français le Duc de Bordeaux, capitaine Baxter, parti depuis plus de onze mois du port du Havre, où il avait été armé par MM. Lamotte et compagnie, est arrivé au Havre le 25 juin 1831. Sans nouvelles de la révolution de juillet, il a conservé le pavillon blanc, qu’il était déjà en vue des côtes de France. Le pilote croiseur qui l’a abordé lui a annoncé les événemens survenus depuis son départ, et lui a prêté un pavillon tricolore, pour lui faciliter l’entrée du Havre.

Derniers soupirs de ceux qui meurent pour leur foi.

On se rappelle qu’à cette époque ont eu lieu les tentatives des patriotes italiens et la révolution polonaise.

On le verra bientôt nous rapporter la mort !

Le choléra qu’on nous annonçait alors, arriva en effet l’année suivante.

À son pied… Des palais le royal escalier,
À son pied redoutable est déjà familier.

Mort du grand-duc Constantin.