Page:Textes choisis (Leonardo da Vinci, transl. Péladan, 1907).djvu/75

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Les moyens ne manquent pas pour diviser et mesurer nos misérables jours qui s’exhalent, passent inutilement et sans louange et sans laisser aucune mémoire dans l’esprit des mortels. Donc que notre misérable cours ne se passe pas inutilement. (C. A. 12, r.)

68. — La luxure est une cause de génération.

La gourmandise entretient la vie.

La peur ou la crainte la prolonge.

La douleur est le salut de l’organisme. (ASH. I. 32, v.)

69. — Comme l’animosité met la vie en péril, la peur est une cause de sécurité. (C. A. 117, v.)

70. — La patience fait contre les injures comme les vêtements contre le froid. Si tu multiplies les habits selon l’intensité du froid, ce froid ne pourra te nuire.

Ainsi en face des grandes injures, redouble de patience, et elles ne pourront atteindre ton esprit. (L. A. 117, v.)

71. — Les hommes se lamentent à tort sur la fuite du temps, lui reprochant sa vélocité, ne trouvant pas qu’il offre un espace suffisant ; mais bonne mémoire que la nature a ainsi dotée fait que toute chose depuis longtemps passée paraît présente. (C. A. 76, r.)

72. — Notre jugement n’apprécie pas les choses faites à diverses périodes du temps, ni leur distance relative, parce que ces faits qui ont eu lieu autrefois nous semblent proches et pres-