Page:Textes choisis (Leonardo da Vinci, transl. Péladan, 1907).djvu/95

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

et la puissance d’une divinité : Donc pareillement, que cette divinité aime telle peinture, elle aime qui l’aime et révère ; et se plaît d’être adorée plutôt sous ces traits que sous d’autres qui prétendaient à la représenter et par ces traits elle fait grâces et donne le salut, selon la croyance de ceux qui sont venus en pèlerinage. (LU. 8.)

Toutes choses qui sont cachées en hiver et sous la neige resteront découvertes et manifestes en été : dit pour le mensonge qui ne peut rester occulte. (I. 39. v.)