Page:Tharaud - Dingley.djvu/118

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Dingley - bois p109.jpg


À la pointe de l’aube, tous les paysans étaient debout, empressés autour de leurs chevaux.

C’était, sous le jour encore pâle, un ramassis, une troupe sans nom et qui faisait songer au personnel d’un pauvre cirque ambulant en train de déménager, la