Page:Tharaud - Dingley.djvu/185

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



plus d’Afrique pour moi. Plus de crédit ! Mon médecin m’accorde six mois.

La tristesse de ses yeux bleus s’accentua, des rides profondes se creusèrent de chaque côté de ses lèvres, et son visage eut une telle expression de douleur enfantine que l’écrivain, contre son habitude, se laissa entraîner à de banales paroles d’espoir.

— Oh ! mon cher, répliqua Rhodes, pas de phrases avec moi ! Rien de niais comme un condamné qui bluffe sur ses chances de vivre.

En termes précis, il analysa longuement les phénomènes pathologiques qu’il observait en lui. Évidemment le « contremaître de la volonté divine » ne s’intéressait qu’au mécanisme de ses organes usés. Et en face de cet homme qui ne songeait qu’à sa décrépitude et regrettait platement la vie, comme un commis de magasin amoureux, Dingley sentait s’évanouir son admiration mystique, et n’avait plus que de la pitié pour cette bête malade. Quelle faiblesse, quelle misère secrète sous la graisse des héros ! Le