Page:Tharaud - Dingley.djvu/21

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


se mêlait curieusement l’allégresse du collectionneur qui vient de satisfaire sa passion.

— Terrible guerre ! murmura-t-elle après un assez long silence.

Puis elle ajouta ces mots, qui montaient naturellement à toutes les lèvres anglaises :

— Et il meurt autant d’officiers que de soldats.

— Les officiers, tous frappés à la tête, précisa le romancier. Ces Boers sont des tireurs étonnants ! Ils remplacent avantageusement, paraît-il, la hausse de leurs mausers avec le pouce de la main gauche levé perpendiculairement au canon du fusil… N’importe ! reprit-il aussitôt, après avoir donné un instant sa pensée à ce détail pittoresque, quel exemple de sang-froid offre au monde l’Angleterre !