Page:Tharaud - Dingley.djvu/64

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


avec les animaux, sales, mal nourris, déprimés, abrutis par la vie de bord. Quand j’ai quitté le bateau, tout cela s’est réveillé pour entonner une de mes chansons : Angleterre, rocher noir… Vous n’avez rien entendu ?

Non. Elle n’avait rien entendu.

Il fut secrètement contrarié que cette rumeur de gloire n’eût pas dépassé deux cents yards.


L’îlot de Sainte-Hélène, dont il aperçut, à quelques jours de là, les roches inhospitalières et les arbres tordus, le laissa presque insensible. Que lui importait cet étroit plateau, dernière patrie d’un héros vaincu ? Les conceptions de Napoléon avaient été courtes. Il avait étendu sa domination précaire sur quelques centaines de lieues d’Europe. Son ambition, en somme, n’avait guère été plus relevée que celle d’un condottiere italien. La vue du petit bouquet d’arbres, sous lequel venait s’asseoir le prisonnier d’Hudson Lowe, l’entraînait moins à rêver que la tombe de Disraëli, sous les