Page:Thieme - Guide bibliographique de la littérature française de 1800 à 1906, 1907.djvu/13

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
VII
AVANT-PROPOS

être trouvés que d'occasion. Tout le monde sait que la presque totalité des volumes français de littérature sont édités au prix de 3 frs. 50 lorsque le format est in-12, in-l6, ou in-18, et que les volumes in-8 coûtent généralement 7 frs. 50.

L’auteur espère que les statistiques données aux pages XX-XXII pourront avoir quelque intérêt.

A peu près 170 revues complètes et plus de 102 en partie complètes ont été examinées. Ces revues, au point de vue des nationalités, se répartissent comme suit : FRANCHE, 122 ; ANGLETERRE, 41, AMÉRIQUE, 88 ; ALLEMAGNE, 58 : ITALIE, 9 ; ESPAGNE, 2 ; NORVÈGE, etc., 4 ; HOLLANDE, 2 ; plus de 8500 volumes de revues ont été consultés ; le nombre des auteurs traités est d’environ 850.

Il est à peine besoin de dire qu’une bonne partie des références ont été prises dans des bibliographies spéciales : tel est le cas pour Renan, Taine, Balzac, Victor Hugo, etc.

Nous ne terminerons pas sans exprimer ici toute notre reconnaissance à MM. Espinasse, F. T. Marzials, Giraud et de Lovenjoul ; nous nous faisons également un plaisir d’assurer de notre plus vive gratitude M. Léon Passurf de Paris, qui a eu l’extrême obligeance de mettre à notre disposition sa volumineuse collection de notes bibliographiques sur les poètes modernes, et M. Ed. Lefèvre, de Marseille, qui nous a si gracieusement. permis de consulter son excellente bibliographie sur Mistral et les poètes provençaux en général.

Je remercie tout spécialement MM. Hermann Suchier, de Halle, K. Sachs, de Brandenburg, Karl Friesland, de Hanovre, H. Morf, de Francfort, Remy de Gourmont, G. Lanson, Maurice Tourneux et mon collègue André Béziat de Bordes, qui non seulement ont bien voulu répondre aux questions que nous leur avions adressées sur le choix des auteurs, mais encore nous ont aidé à compléter notre liste, et nous ont donné de précieux conseils dont nous avons tâché de profiter.

Je ne dois pas oublier M. Brunetière dont la science littéraire m’a été si utile et qui fut si bienveillant pour moi.

C’est aussi avec grand plaisir que je m’acquitte ici du devoir de remercier Mr. H. Welter d’avoir entrepris la publication de ce travail, et d’exprimer ma reconnaissance à Mr. Charles Welter fils qui s’est chargé de surveiller les 2ème et 3ème épreuves, ce qui nous a permis de gagner du temps en évitant l’envoi de ces épreuves eu Amérique.


Ann Arbor (Michigan), 1907.