Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol10.djvu/111

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



XIII

Dans l’auberge, devant laquelle se trouvait la voiture du docteur, il y avait déjà cinq officiers. Maria Henrikovna, une petite Allemande grosse et blonde, en camisole et bonnet de nuit, était assise dans le coin de devant, sur un large banc ; son mari, le docteur, dormait derrière elle. Iline et Rostov furent salués par des exclamations joyeuses et des éclats de rire…

— Ah ! c’est gai, chez vous, dit en riant Rostov.

— Et vous, pourquoi ne vous amusez-vous pas ?

— Ils sont bien ! Ils ruissellent ! Ne salissez pas notre salon.

— Ne salissez pas la robe de Maria Henrikovna ! dirent des voix.

Rostov et Iline s’empressaient de trouver un petit coin, où, sans blesser la pudeur de Maria Henrikovna, ils pourraient changer leurs habits mouillés. Ils voulurent se mettre derrière le paravent pour