Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol10.djvu/187

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



XXIII

À ce moment, devant la foule des gentilshommes qui s’écarta, le comte Rostoptchine, en uniforme de général, des décorations en travers de l’épaule, le menton proéminent et les yeux mobiles, entra à pas rapides.

— L’empereur va venir tout de suite, dit-il. J’en arrive. Je crois que dans la situation où nous sommes il n’y a pas beaucoup à discuter. L’empereur a daigné nous réunir, ainsi que les marchands ; de là couleront des millions (il désigna la salle des marchands) et notre affaire à nous est de donner des soldats et de ne pas nous épargner nous-mêmes… C’est le moins que nous puissions faire !

Quelques seigneurs, assis devant la table, commencèrent le conseil. Tout était dit à voix plus que basse, qui semblait même triste après le bruit de tout à l’heure ; on entendait de vieilles voix cassées