Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol10.djvu/296

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


gerons tout également. Tout ce qui est à moi est à vous, dit-elle en regardant les visages qui se trouvaient devant elle. Tous les yeux la regardaient, avec la même expression dont elle ne pouvait comprendre la signification. Était-ce la curiosité, le dévouement, la reconnaissance ou l’effroi et la méfiance ? mais tous les visages avaient même expression.

— Nous sommes très contents de vos faveurs, seulement il ne faut pas que nous prenions le blé des maîtres, dit une voix, derrière.

— Mais pourquoi ? demanda la princesse.

Personne ne répondit et la princesse Marie, parcourant du regard la foule, remarqua que maintenant tous les yeux se baissaient dès qu’elle les rencontrait.

— Mais pourquoi ne voulez-vous pas ? répéta-t-elle. Personne ne répondit.

La princesse Marie se sentait gênée de ce silence ; elle tâchait de saisir un regard quelconque.

— Pourquoi ne parlez vous pas ? demanda-t-elle à un vieillard qui, appuyé sur un bâton, se tenait devant elle. Dis si tu penses qu’il faille encore autre chose. Je ferai tout, dit-elle en saisissant son regard. Mais lui, comme s’il eût été fâché de cette circonstance, baissa tout à fait la tête et prononça :

— Pourquoi consentir ; nous n’avons pas besoin de blé.