Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol10.djvu/331

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


brûlent les bois, tant qu’ils voudront. Je ne l’autorise pas, mais je ne puis punir. Autrement, c’est impossible : Quand on fend le bois, les copeaux volent.

Il regarda encore une fois le papier.

— Oh ! l’exactitude allemande ! prononça-t-il en hochant la tête.