Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol10.djvu/332

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



XVI

— Eh bien ! maintenant, c’est tout ! dit Koutouzov en signant le dernier papier.

Il se leva lourdement, frotta les plis de son cou blanc et gras, et, le visage réjoui, se dirigea vers la porte.

La femme du pope, le visage cramoisi, s’empressa de prendre le plateau, et bien que préparé depuis longtemps, elle ne parvint pas à le présenter à temps.

En saluant très bas elle le tendit à Koutouzov.

Il cligna des yeux, sourit, lui prit le menton et dit :

— Eh ! comme tu es jolie ! Merci, ma belle.

Il tira de la poche de son pantalon quelques pièces d’or et les lui mit sur le plateau.

— Eh bien ! comment vas-tu ? dit Koutouzov en se dirigeant vers la chambre qui lui était réservée.

La femme du pope, souriant à pleines fossettes,