Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol10.djvu/426

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



XXVIII

Plusieurs historiens disent que la bataille de Borodino ne fut pas gagnée par les Français parce que Napoléon avait un rhume de cerveau, et que sans cela, ses ordres, avant et pendant la bataille, eussent été encore plus remarquables, que les Russes auraient succombé, et que la face du monde eut été changée. Pour les historiens qui admettent que la Russie s’est formée par la volonté d’un seul homme : Pierre le Grand, et que la France s’est transformée de République en Empire et que les armées françaises sont parties en Russie par la volonté d’un seul homme, Napoléon, ce raisonnement : que la Russie a vaincu, parce que Napoléon, le 26, avait un violent rhume de cerveau, est très logique.

Si de la volonté de Napoléon il dépendait de donner ou non la bataille de Borodino, si de sa volonté il dépendait de faire telle ou telle disposition, évidemment le rhume de cerveau, qui pouvait