Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol10.djvu/483

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


quait partout, parce que les paroles de Koutouzov découlaient non de considérations habiles mais du sentiment qui était en l’âme du général en chef comme dans celle de chaque Russe.

En apprenant que nous attaquerions l’ennemi le lendemain, en entendant, des sphères supérieures de l’armée, l’affirmation de ce à quoi ils voulaient croire, les hommes épuisés, chancelants, se rassérénaient et s’encourageaient.