Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol10.djvu/482

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Vous ne pensez donc pas, comme les autres, que nous sommes obligés de nous retirer.

Au contraire, Votre Altesse, dans les affaires indécises, c’est toujours le plus opiniâtre qui reste victorieux, et mon opinion

Koutouzov appela son aide de camp.

— Kaissarov, assieds-toi et écris l’ordre pour demain. Et toi, dit-il à un autre, va sur la ligne et annonce que demain nous attaquons.

Pendant que cette conversation avait lieu avec Raïevsky, et pendant que Koutouzov dictait l’ordre, Volsogen revenait de voir Barclay et disait que le général Barclay de Tolly désirait avoir l’affirmation écrite de cet ordre du feld maréchal.

Sans regarder Volsogen, Koutouzov ordonna d’écrire cet ordre que l’ancien général en chef désirait avoir pour éviter, avec raison, la responsabilité personnelle. Et, par un lien mystérieux, indéfinissable, qui soutenait dans toute l’armée la même impression qu’on appelle l’esprit de l’armée et qui est le nerf principal de la guerre, les paroles de Koutouzov, son ordre, se transmirent momentanément dans tous les points de l’armée. Ce n’étaient pas les paroles mêmes, ce n’était pas l’ordre qui étaient transmis dans les derniers anneaux de cette chaîne, dans les récits transmis de l’un à l’autre aux divers points de l’armée, il n’y avait même rien de semblable à ce qu’avait dit Koutouzov, mais le sens de ses paroles se communi-