Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol10.djvu/493

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



XXXVII

Un des médecins, en tablier ensanglanté, les mains pleines de sang, dans l’une desquelles, entre l’auriculaire et le pouce (pour ne pas le maculer), il tenait un cigare, sortit de la tente. Il leva la tête et se mit à regarder de côté, par-dessus les blessés. Évidemment il voulait respirer un peu. Après avoir tourné la tête un moment, à droite et à gauche, il soupira et baissa les yeux.

— Eh bien ! Tout de suite, — répondit-il aux paroles de l’infirmier qui lui désignait le prince André, et il ordonna de le porter dans la tente.

Dans la foule des blessés qui attendaient un murmure se souleva.

— Évidemment que même dans l’autre monde, la vie est meilleure pour les messieurs, prononça quelqu’un.

On emporta le prince André et il fut placé sur une table débarrassée à l’instant et d’où l’infir-