Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol11.djvu/333

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


en arrière, pour soutenir son corps tremblant. Un vieux soldat, un sous-officier sortit des rangs, empoigna le jeune soldat par l’épaule et le fit entrer dans les rangs. La foule des Russes et des Français se dispersa. Tous marchaient en silence, tête baissée.

Ça leur apprendra à incendier… dit un Français.

Pierre se tourna vers celui qui parlait ; il remarqua que c’était un soldat qui voulait se distraire de ce qu’il avait fait mais ne le pouvait pas. Sans achever, il fit un geste de la main et s’en alla.