Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol11.djvu/389

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


mettre À à la place de B, et B à la place de D ou, au contraire, D à la place de A, etc., comme s’il en pouvait dépendre autre chose que le plaisir de A et de B.

Dans l’état-major de l’armée, à cause de l’hostilité de Koutouzov envers son chef d’état-major Benigsen et de la présence des personnes qui jouissaient de la confiance de l’empereur, et à cause de tous ces déplacements, il se passait quelque chose de plus que les jeux ordinaires des partis : A intriguait contre B, D contre C, etc., dans toutes les combinaisons possibles.

Pour la plupart l’objet de l’intrigue était cette même affaire militaire que toutes ces personnes croyaient guider. Mais l’affaire militaire marchait indépendamment d’elles, exactement comme elle devait marcher, c’est-à-dire qu’elle ne concordait jamais avec ce que les hommes inventaient, mais résultait de la combinaison des relations multiples des masses. Toutes ces combinaisons, en se croisant, s’emmêlant, ne reflétaient dans les hautes sphères que l’image exacte de ce qui devait s’accomplir.

« Prince Mikhaïl Ivanovitch, — écrivait l’empereur le 2 octobre, dans une lettre reçue après la bataille de Taroutino, — depuis le 2 septembre, Moscou est aux mains des ennemis. Vos derniers rapports sont du 20, et depuis tout ce temps non seulement rien n’est entrepris contre l’ennemi ni