Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol13.djvu/101

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ciels dont j’ai parlé plus haut. D’après cet article, les paysans qui ont payé trente kopeks par âme ont déjà le plein droit de ne pas payer une deuxième fois pour leurs enfants.

Les paragraphes 6 et 7 sont loin d’être aussi positifs.

Qu’est-ce que cela signifie : le côté enseignement est confié aux inspecteurs des écoles, et le côté administration est laissé aux communes ? La nomination et le déplacement des maîtres, la création de l’école, le choix de l’emplacement, le traitement des maîtres, le choix des livres, des programmes, tout cela dépend du ministère de l’Instruction publique. En quoi donc consiste le reste laissé à la commune ? Acheter des paravents, décider si les portes doivent être à gauche ou à droite, louer un gardien pour l’école, laver les parquets, etc. Même sous ce rapport la commune n’a qu’une chose à faire : payer pour tout cela. Comment tout doit-il être arrangé, c’est déjà prévu par les statuts et sera exécuté par les autorités des écoles. Chaque inspecteur aura de trois cents à cinq cents écoles à inspecter. Puisque l’inspecteur n’aura pas la possibilité de visiter toutes les écoles, même une fois par an, la direction des écoles ne sera qu’une formalité de bureau.