Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol13.djvu/115

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


des rapports mais des relations, ce qui est très flatteur et très précis.

Mais en revanche, dans l’article 36, où il est dit que les curateurs doivent veiller à ce que les instituteurs remplissent exactement leurs devoirs, que leurs appointements leur soient payés régulièrement, que tout le nécessaire soit fourni à temps, que l’ordre matériel règne à l’école, il n’est pas dit ce que peut et doit faire le curateur dans le cas où le maître ne remplit pas exactement ses devoirs. Il doit se borner à le dénoncer au directeur. Il peut le faire justement ou injustement, en connaissance de cause ou, comme on peut le supposer, dans la plupart des cas, sans connaissance de cause. On ne peut supposer qu’une pareille intervention superflue d’une personne tout à fait étrangère puisse être utile.

Les articles 39, 40, 41 et 46 définissent les rapports du maître d’instruction religieuse envers l’école.

L’article 42, sans laisser à cet égard aucun doute, dit que la direction des écoles, dans chaque province, malgré la soi-disant indépendance absolue des communes, malgré cette invention incompréhensible des curateurs, est laissée à une seule personne, à l’inspecteur des écoles, car, la révocation et la nomination du maître font, selon nous, l’unique et l’essentiel rôle de l’inspection des écoles.

Nous parlerons plus loin du défaut de cette con-