Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol13.djvu/119

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ruban, le droit d’être adjoint de l’inspecteur des écoles, s’ils n’incombent pas à la commune, en revanche, n’auront pas, je suppose, pour l’instituteur, l’attrait qu’auraient pour eux les droits pécuniaires mis à la charge de la commune. La question de l’augmentation des traitements des instituteurs de villages occupe fortement, depuis longtemps déjà, les gouvernements européens, et elle ne reçoit une solution que pas à pas. Chez nous cette question est résolue d’un coup par quelques lignes du projet : cette simplicité elle-même, et la légèreté de la solution me paraissent suspectes ! Involontairement je me pose la question : pourquoi fixe-t-on cent cinquante roubles et non 178 roubles 16 kopeks et 1/3 ? Pour cette dernière somme nous sommes convaincus d’avoir des maîtres encore meilleurs. Et pourquoi ne pas fixer 178 roubles quand la somme où nous puisons se trouve en notre pouvoir absolu sans aucun contrôle ? Pourquoi faut-il donner une demi-déciatine de bonne terre à potager et non 8 déciatines 2/3 ? Le supplément de l’article dit : les prêtres qui remplissent en même temps les fonctions de professeur d’instruction religieuse et les autres, ne jouissent du traitement complet que pour les fonctions d’instituteur ; pour celles de professeur d’instruction religieuse, ils ne recevront que la moitié. Il est probable que tous ces chiffres ont été pesés attentivement puisqu’on supprime si soigneusement les vingt-cinq roubles du profes-