Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol13.djvu/20

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


notre temps beaucoup plus difficile qu’au moyen âge par cette autre raison, qu’alors, l’instruction appartenait à une seule caste qui se préparait à vivre dans des conditions bien définies, toujours les mêmes. Et, en notre temps, quand tout le peuple déclare son droit à l’instruction, il nous est encore plus difficile et nécessaire de savoir ce qu’il faut pour toutes ces classes diverses. Quelles sont les raisons de tout cela ?

Demandez à n’importe quel éducateur ecclésiastique pourquoi il enseigne telle chose et non telle autre, pourquoi il l’enseigne avant et non après ? S’il vous comprend, il répondra qu’il agit ainsi parce qu’il connaît la vérité révélée par Dieu et qu’il croit de son devoir de la transmettre à la nouvelle génération afin de l’élever dans les principes qui sont indiscutablement vrais. Quant à l’instruction laïque, il ne vous donnera pas de réponse… Un autre pédagogue vous expliquera les motifs de son enseignement par les lois éternelles de la raison exposées chez Fichte, Kant et Hegel. Un troisième, pour prouver qu’il a le droit de forcer l’élève à apprendre, s’appuiera sur ce fait qu’il en fut toujours ainsi, que toutes les écoles furent obligatoires et que, malgré cela, l’instruction vraie y est donnée. Enfin le quatrième, unissant toutes ces raisons ensemble, dira que l’école doit être telle qu’elle est, car c’est la religion, la philosophie et l’expérience qui l’ont faite telle, — et que ce qui