Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol13.djvu/265

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


du public dit intellectuel, que la réponse à l’article du Messager russe sera facile et simple.

1o L’article du Messager russe reconnaît à une génération le droit de s’immiscer dans l’éducation d’une autre par cette raison que c’est naturel et que chaque génération apporte son contingent à l’édifice du progrès. Nous n’avons pas reconnu et ne reconnaissons pas ce droit parce que, ne tenant pas le progrès pour un bien indiscutable, nous cherchons d’autres raisons à un bien pareil et nous pensons les avoir trouvées. Si même il était prouvé que nos raisons sont fausses, nous ne pourrions trouver suffisante la raison de la foi au progrès, de la foi en Mahomet ou Dalaï-Lama.

2o L’article du Messager russe reconnaît aux classes supérieures le droit de s’immiscer dans l’instruction du peuple. Nous croyons que dans les pages précédentes il est suffisamment expliqué pourquoi l’immixtion des fervents du progrès dans l’éducation du peuple est injuste, mais avantageuse pour les classes supérieures, et pourquoi cette illégitimité leur paraît un droit, comme le servage en paraissait un.

3o L’article du Messager russe affirme que les écoles ne peuvent ni ne doivent être exemptes des conditions historiques. Nous pensons que ces mots n’ont pas de sens, premièrement, parce que rien ne peut être exempté des conditions historiques ni en réalité ni en pensée, et, deuxième-