Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol13.djvu/428

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


loin. Il vit des bergers qui gardaient des troupeaux. Jacob leur demanda où habitait son oncle Laban. Les bergers dirent : « Voici sa fille qui mène les brebis à l’abreuvoir. » Jacob s’approcha d’elle. Elle essayait de soulever la pierre du puits, mais ne le pouvait pas. Jacob souleva la pierre, donna à boire aux brebis et dit : « De qui es-tu la fille ? » Elle répondit : « De Laban. » — « Je suis ton cousin. » Ils se sont embrassés et sont allés à la maison. L’oncle Laban le reçut et dit : « Jacob, reste chez moi, je te paierai salaire. » Jacob dit : « Je ne resterai pas chez toi pour le salaire, mais donne-moi ta fille cadette, Rachel. » Laban dit : « Reste chez moi sept années et je te donnerai ma fille Rachel. » Jacob resta tout ce temps, et l’oncle Laban, au lieu de Rachel, lui donna Léa. Et Jacob dit : « Oncle Laban, pourquoi m’as-tu trompé ? » Laban dit : « Reste chez nous encore sept années et je te donnerai la cadette Rachel. Chez nous on ne peut marier la cadette avant l’aînée. » Jacob vécut encore sept ans chez son oncle et alors Laban lui donna Rachel. »

Du cahier d’un enfant de huit ans, T. F… :

« Jacob avait douze fils. Il préférait Joseph et lui donna une robe de plusieurs couleurs. Joseph eut deux songes et les raconta à ses frères. « Nous avions récolté le blé dans le champ et avions coupé douze gerbes : ma gerbe était droite et onze s’inclinaient devant la mienne. » Et les frères dirent : « Est-ce que nous nous inclinerons devant toi ! » « J’ai eu