Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol13.djvu/430

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


dant la nuit et personne ne peut nous les expliquer. » Joseph dit : « Lesquels ? » L’échanson se mit à raconter : « J’ai vu que j’arrachais trois grappes, que j’en exprimais le jus et le servais au roi. » Joseph dit : « Dans trois jours tu seras réinstallé dans tes fonctions. » Après, le panetier se mit à raconter : « J’ai vu que je portais douze pains dans un panier. Et les oiseaux saisirent le pain et le becquetèrent. » — « Dans trois jours tu seras pendu et les oiseaux becquèteront ta chair. » Et il en arriva ainsi. Une nuit, le roi Pharaon eut deux songes. Il rassembla tous les devins, mais personne ne pouvait les lui expliquer. Alors l’échanson se souvint et dit : « Je connais un homme capable de deviner. » Le roi envoya une voiture pour amener Joseph. Quand il fut arrivé, le roi lui raconta : « J’étais au bord d’une rivière et il m’apparut sept vaches grasses et sept vaches maigres. Les maigres se jetèrent sur les grasses et les dévorèrent, et cependant elles ne devinrent pas grasses. » Et voici mon autre rêve : « Sur une tige il y avait sept épis pleins et sept épis vides ; les vides se sont jetés sur les pleins, les ont dévorés et ne sont pas devenus pleins. » Joseph dit : « Voici ce que cela signifie : Sept années seront fertiles et sept années seront stériles. » Le roi fit cadeau à Joseph d’une chaîne d’or qu’il lui mit à travers l’épaule : il lui donna l’anneau de sa main droite et le chargea de faire construire des granges pour le blé. »