Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol13.djvu/481

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


du dessin nous a convaincus de la fausseté et de la partialité de ce programme technique. La plupart des élèves, après quatre mois d’étude du dessin exclusivement technique, d’où est exclue la copie des hommes, des animaux, des paysages, sont devenus indifférents au dessin d’objets techniques, et le besoin, le goût du dessin s’est développé en eux à ce point qu’ils se sont fait, en cachette, de petits cahiers où ils dessinent des hommes, des chevaux avec quatre pattes sortant du même point. Il en va de même de la musique.

Le programme ordinaire des écoles populaires n’admet d’autre chant que le chant d’église et n’autorise que certains sons ; c’est-à-dire que les enfants sont regardés comme de petits tuyaux d’orgue et l’on développe le goût de l’élégance par la balalaïka, l’accordéon, souvent par une chanson grossière que le maître n’aime pas et ne croit pas nécessaire de guider. De deux choses l’une : ou l’art, en général, est nuisible et inutile, ce qui n’est pas si étrange qu’il semble au premier abord, ou chacun, sans différence de classe et d’occupations, a droit à cet art, et le droit de s’y adonner entièrement, par la raison que l’art ne supporte pas la médiocrité.

L’insanité n’est pas en cela : elle est dans le fait de poser des questions pareilles à celles-ci : les enfants du peuple ont-ils le droit de jouir des arts ? Demander cela équivaut à demander : les enfants