Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol14.djvu/120

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


La Cigale et les Fourmis.

En automne, les graines amassées par les fourmis furent mouillées. Elles les firent sécher. La cigale, qui avait faim, leur demanda quelque nourriture. La fourmi répondit : « Pourquoi n’as-tu pas amassé de nourriture pendant l’été ? » Elle répondit : « Je n’ai pas eu le temps. Je chantais. » Les fourmis se mirent à rire et lui dirent : « Si tu as chanté pendant l’été, eh bien ! danse pendant l’hiver. »


La Poule aux Œufs d’Or.

Un homme avait une poule qui pondait des œufs d’or. Il voulut avoir plus d’or à la fois et il tua la poule. (Il pensait trouver dans son corps un gros morceau d’or.) Il fut déçu, car elle était comme toutes les autres poules.


L’Âne et la Peau du lion.

Un âne se mit une peau de lion, et tous, gens et bêtes, le prenant pour un lion, s’enfuyaient. Le vent souffla. La peau s’écarta et l’on vit qu’il était âne. Les gens accoururent et le battirent.


La Poule et l’Hirondelle.

Une poule trouva des œufs de serpent et se mit