Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol14.djvu/122

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


La patronne avait peur de dormir et éveillait les servantes encore plus tôt.


Le Pêcheur et le Poisson.

Un pêcheur avait pris un poisson. Celui-ci lui dit : « Pêcheur, jette-moi dans l’eau ; tu vois, je suis petit, tu tireras peu de profit de moi ; si tu me laisses, je grandirai, tu pourras m’attraper et alors tu auras un grand profit. » Mais le pêcheur se dit : « Il serait sot pour atteindre un grand profit d’en laisser échapper un petit ! »


Le Renard et le Bouc.

Un bouc avait soif. Il descendit dans un puits, but beaucoup et devint très lourd. Il voulut alors remonter et n’y put parvenir. Il se mit à bêler. Un renard le vit et lui dit : « Tu n’es qu’un sot ! Si tu avais autant d’esprit que tu as de barbe au menton, avant de descendre dans le puits tu aurais réfléchi au moyen d’en sortir. »


Le Chien et son ombre.

Un chien traversait la rivière sur une planche, tenant dans sa gueule un morceau de viande. En regardant dans l’eau, il crut voir un autre chien portant de la viande. Il laissa tomber celle qu’il tenait