Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol14.djvu/131

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— Eh bien, qu’est-ce que l’ours t’a chuchoté à l’oreille ?

— Il m’a dit que les mauvais sont ceux qui abandonnent leurs amis dans le danger.


Le Loup et l’Agneau.

Un loup aperçut un agneau qui buvait dans la rivière.

Il voulait le manger ; il se mit à lui faire des reproches :

— Tu troubles mon eau et m’empêches de boire, lui dit-il.

L’agneau répondit :

— Ah ! loup, comment puis-je troubler ton eau ? J’y trempe à peine le bout de mes lèvres.

Le loup poursuivit :

— Eh bien, l’été dernier, pourquoi as-tu insulté mon père ?

L’agneau répondit :

— Moi, loup ! L’été passé je n’étais pas encore né.

Le loup se fâcha et dit :

— Tu as réponse à tout ; eh bien ! j’ai faim et pour cette raison je te mangerai. »


Le Lion, le Loup et le Renard.

Un lion, vieux, malade, était couché dans son antre. Tous les animaux venaient prendre des nou-