Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol14.djvu/137

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Un singe, assis sur un arbre, le regardait. Quand l’homme s’endormit, le singe vint se mettre à califourchon sur le tronc et voulut imiter l’homme. Mais quand il ôta le coin, le bois se resserra et lui pinça la queue. Il se mit à se débattre et à crier. L’homme s’éveilla, battit le singe et le ligota.


Le Singe et le Pois.

Un singe portait deux cosses de pois. Un grain tomba ; le singe voulut le ramasser et en laissa tomber vingt autres. Il se précipita pour les ramasser et dissémina le reste. Alors il se fâcha, piétina tous les pois et partit.


La Vache à lait.

Un homme avait une vache. Elle donnait chaque jour un plein pot de lait. L’homme ayant invité des amis, afin d’avoir plus de lait, pendant dix jours ne tira pas la vache : il pensait que le dixième jour elle lui donnerait dix pots de lait. Mais le lait de la vache s’était gâté et elle donna moins de lait qu’auparavant.


Le Canard et la Lune.

Un canard nageait dans la rivière, cherchant du poisson ; mais de la journée il n’en trouva point.