Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol14.djvu/219

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


allé. Çà et là sur le chemin, des empreintes laissées par la patte et les griffes de l’ours, et, à côté les traces des lapti d’un paysan. La bête doit avoir pris la direction du village.

Nous partons sur le chemin. Démian me dit :

— Maintenant, c’est inutile de regarder sur la route, qu’il l’ait quittée à droite ou à gauche, on le verra sur la neige ; s’il a tourné quelque part, il n’est pas allé au village.

Après avoir parcouru à peu près une verste, nous voyons que la piste tourne devant nous. Nous regardons : chose étrange ! la trace ne va pas du chemin à la forêt, mais de la forêt au chemin, comme l’indiquent les griffes dirigées vers le chemin.

— C’est un autre ours, dis-je.

Démian regarda, réfléchit et dit :

— Non, c’est le même, seulement, il s’est mis à ruser. Il a quitté le chemin à reculons.

Nous suivîmes la piste. Démian ne s’était pas trompé : l’ours était sorti du chemin à reculons, avait fait ainsi une dizaine de pas, puis, s’abritant derrière un sapin, s’était retourné et sauvé droit devant lui.

Démian s’arrêta :

— Maintenant, dit-il, nous le traquerons, sûrement. Il n’a plus que ce marais où s’arrêter. Allons le détourner.

Nous entrâmes dans l’épaisse forêt de sapins. J’étais déjà las, la marche devenait plus pénible.