Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol14.djvu/270

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Le renard demanda :

— Pourquoi veux-tu savoir cela ?

Le paysan répondit :

— Voici pourquoi : Le loup était poursuivi par des chasseurs ; sur sa prière je l’ai caché et, maintenant, il veut me dévorer.

Le renard répartit :

— Est-ce qu’un si grand loup peut entrer dans un sac pareil ? Si je voyais cela je vous mettrais d’accord.

Le paysan dit :

— Il s’y est introduit entièrement et te le dira lui-même.

— C’est vrai, dit le loup.

Alors le renard dit :

— Montre-moi comment tu as pu te glisser dans le sac, je ne le croirai qu’en le voyant.

Le loup mit la tête dans le sac et dit :

— Voilà comment j’ai fait.

— Entre entièrement, car je ne vois pas, dit le renard.

Le loup entra tout à fait dans le sac, et le renard dit au paysan :

— À présent, lie-le.

Le paysan lia le sac et le renard lui dit :

— Maintenant, paysan, montre-moi comment tu bats le blé.

Le paysan tout réjoui se mit à frapper sur le loup, puis il dit :