Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol14.djvu/305

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Le maître dit :

— Il faut pardonner à Ivan Pétrov. Quand j’ai commencé le négoce nous étions camarades ; lorsque je me suis marié, je n’avais pas de quoi me vêtir le jour de la cérémonie et il me prêta son gilet. Il faut pardonner à Ivan Pétrov.

Et Ivan fut épargné.


La Réussite.
Histoire vraie.

Des gens débarquèrent dans une île où abondaient les pierres précieuses. Ils travaillaient hâtivement afin d’en ramasser le plus possible : ils mangeaient peu, dormaient peu et travaillaient presque tout le temps. Cependant l’un d’eux ne faisait rien : il buvait, mangeait, dormait et ne bougeait pas de place. Quand les préparatifs de départ pour retourner au pays furent terminés, ses camarades l’éveillèrent et lui dirent :

— Et toi, que rapporteras-tu à la maison ?

Il prit une poignée de terre sous ses pieds, et la mit dans son sac.

Quand tous furent de retour chez eux, cet homme retira la terre de son sac et y trouva une pierre plus précieuse que toutes les autres.