Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol14.djvu/382

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


cargaison et abandonnèrent leurs barques. Puis, s’étant construit des chariots, ils y mirent tout ce qu’ils avaient et repartirent, par terre, à travers les montagnes. Partout des forêts et pas un seul habitant. Au bout de dix journées de marche, ils arrivèrent à la rivière Jarovnia.

Là, ils s’arrêtèrent de nouveau quelque temps et se mirent à fabriquer des barques sur lesquelles ils descendirent la rivière. Ils voguèrent cinq jours et arrivèrent dans un site des plus riants ; partout des champs, des lacs, des forêts ; beaucoup de poissons et d’animaux, nullement sauvages.

Ils voguèrent encore un jour et débouchèrent dans la rivière Toura. Là, ils commencèrent à rencontrer du monde : des villages tatars se trouvaient çà et là.

Ermak envoya des Cosaques reconnaître un village, savoir ce qu’il y avait au-delà et s’il y avait beaucoup de monde dans ce village. Vingt hommes débarquèrent. Ils terrifièrent tous les Tatars, prirent le village et s’emparèrent de tous les animaux. Des Tatars furent tués, d’autres furent emmenés vivants.

Ermak fit demander aux Tatars, par les interprètes, qui ils étaient et sous quel prince ils vivaient ? Les Tatars répondirent qu’ils faisaient partie du royaume de Sibérie et que leur roi s’appelait Koutchoum.

Ermak renvoya les Tatars, mais retint près de