Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol14.djvu/458

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


frère aîné, et faites ce qu’il vous ordonnera : Nouez des filets de soie et tendez-les dans la forêt sombre, sur les pentes où passent les bêtes sauvages. »

La bande obéit à Volga ; elle noua des filets de soie, les tendit dans la forêt ; ensuite Volga se transforma en loup au pelage gris et se mit à courir à travers les bois sombres, les forêts touffues, et il effraya les bêtes fauves et les chassa dans les filets.

Et Volga et ses compagnons s’arrêtèrent sur la montagne près de Kiev et Volga-Bouslaiévitch dit :

— « Nous avons pris tous les poissons dans les profondeurs de la mer bleue ; nous avons attrapé toutes les martres des forêts sombres et touffues, le héros sera celui qui ira dans le royaume turc, chez le tzar Saltan Bekétovitch pour apprendre ce qu’il médite. »

Là, les compagnons se dérobèrent, ni les grands, ni les moyens n’y voulurent aller et les cadets, restèrent muets. Alors Volga-Bouslaiévitch dit :

— « C’est donc Volga qui partira lui-même. »

Volga se transforma en oiseau. Il s’éleva dans les nues et il arriva au royaume turc et se posa sur la fenêtre. Le tzar Saltan Bekétovitch est assis avec la tzarine Davidovna. Ils causent entre eux et Saltan Bekétovitch dit :

— « Mon épouse bien-aimée, ma jeune Davidovna, je veux envahir la sainte Russie. Je veux prendre la belle ville de Kiev ; je veux doter chacun de mes