Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol14.djvu/82

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


vaises ? Elles étaient en tous les cas bien russes et semblaient surgir des besoins du peuple. Après la promulgation de l’arrêté, de 1864, ce courant augmenta, et encore en 1870, dans le district Krapivinsky, d’après les comptes rendus, il y avait jusqu’à soixante écoles. Depuis que les fonctionnaires du ministère et les membres du zemstvo se sont insinués de plus en plus dans la question des écoles, dans le district Krapivinsky on a fermé quarante écoles et il est défendu d’ouvrir de nouvelles écoles élémentaires. Je sais que ceux qui ont fermé ces écoles affirment qu’elles n’existaient qu’anormalement et étaient très mauvaises : mais je ne puis le croire, car dans les trois villages Trosny, Lamintzow et Iasnaïa-Poliana, je connais des élèves qui ont très bien appris là à lire et à écrire ; et cependant ces écoles sont fermées. Je sais aussi que plusieurs ne comprendront pas ce que signifie l’interdiction d’ouvrir des écoles. Cela signifie que, se basant sur la circulaire du ministère de l’Instruction publique, pour ne pas admettre d’instituteurs peu sûrs (on pensait probablement aux anarchistes), le Conseil supérieur de l’enseignement a ordonné la fermeture des petites écoles des sacristains, des soldats en retraite, etc., que les paysans ouvraient eux-mêmes et qui, sûrement, n’étaient pas visées par la circulaire. Mais il existe une vingtaine d’écoles avec des maîtres tenus pour bons parce qu’ils reçoivent deux cents roubles d’appointements