Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol14.djvu/95

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


aller à l’école, pour la plus grande moitié de la population il faut des écoles de villages de dix, quinze et vingt élèves, de sorte que, selon moi, la moyenne de la population scolaire est de trente élèves par école. Combien faut-il donc d’écoles pour seize mille élèves ? À raison de trente élèves par école il faut cinq cent trente écoles. Supposons qu’à l’ouverture des écoles tous les enfants de sept à quinze ans n’entrent pas à l’école et ne poursuivent pas huit années d’études, supprimons un quart des écoles, c’est-à-dire cent trente, par conséquent quatre mille deux cents élèves, il restera quatre cents écoles tandis que vingt seulement ont été ouvertes. Le zemstvo a donné deux mille roubles puis en a ajouté mille, ce qui fait trois mille roubles ; on perçoit, des paysans de quelques hameaux, quinze kopeks par âme, ce qui donne, au total, près de quatre mille roubles. Soixante-dix roubles sont affectés à la construction des écoles : aux cours pédagogiques, pendant une année on a dépensé douze cents roubles. Mais supposons que le zemstvo agisse tout à fait simplement et raisonnablement sans dépenser pour les constructions et autres inutilités, supposons que l’on perçoive de tous les paysans le nouvel impôt scolaire de quinze kopeks, quel sera alors l’avenir de cette œuvre ? Les paysans auront fourni six mille roubles, le zemstvo trois mille, en tout neuf mille. Supposons que l’on crée encore dix écoles, ces neuf mille roubles suffi-