Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol16.djvu/100

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



XIII

Personne, excepté les amis les plus intimes et les familiers d’Alexis Alexandrovitch ne soupçonnait que cet homme, à l’extérieur froid et réfléchi, avait une faiblesse qui était en contradiction avec tout son caractère. Alexis Alexandrovitch ne pouvait entendre avec indifférence pleurer une femme ou un enfant. La vue des larmes le bouleversait et lui faisait perdre totalement la capacité de raisonner. Son chef de cabinet et son secrétaire le savaient et prévenaient toujours les solliciteuses de s’abstenir des larmes si elles ne voulaient pas compromettre leur affaire. « Il se fâchera et ne vous écoutera plus », disaient-ils. Et, en effet, en pareil cas, l’énervement que lui produisait la vue des larmes, se traduisait par une violente colère : « Je ne puis rien faire pour vous. Veuillez sortir ! » disait-il alors.