Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol16.djvu/143

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



XVIII

Des pas et une voix d’homme se firent entendre, puis des voix de femmes et des rires, et les invités attendus parurent enfin : c’était Sapho Stoltz accompagnée d’un jeune homme nommé Vaska, dont l’extérieur revêtait une santé florissante ; à n’en pas douter, un régime confortable composé de viandes saignantes, de truffes et de bourgogne, lui avait valu cette apparence de prospérité physique.

Vaska salua les dames, jeta sur elles un regard d’une seconde et pénétra dans le salon derrière Sapho, suivant, comme s’il eût été attaché à elle, la jeune femme qu’il dévorait de ses yeux brillants. Sapho Stoltz était une jolie blonde aux yeux noirs. Elle entra d’une allure décidée, faisant sonner les hauts talons de ses souliers, et secoua d’une mâle et vigoureuse étreinte la main des dames.