Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol16.djvu/278

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



III

— Tu l’as rencontré ? demanda-t-elle quand il fut assis à la table, sous la lampe. C’est ta punition d’être venu en retard.

— Oui, mais comment cela se fait-il ? Il devait être au conseil ?

— Il y est allé en effet, mais il est rentré, puis reparti je ne sais où. Mais cela ne fait rien. N’en parlons pas. Qu’es-tu devenu, tous ces temps-ci ? Toujours avec ton prince ?

Elle connaissait tous les détails de sa vie. Il fut sur le point de lui répondre que, n’ayant pas dormi de la nuit, il avait été vaincu par le sommeil et la fatigue, mais, devant son visage ému et heureux, il eut honte et lui dit qu’il était allé rendre compte du départ du prince.

— Mais maintenant tout est fini ; il est parti ?