Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol16.djvu/287

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— Laissons cela, dit-elle. Sonne, je vais faire servir le thé. Attends un peu, maintenant, ce n’est plus pour longtemps que je…

Mais tout à coup elle s’arrêta, l’expression de son visage changea brusquement ; l’horreur et l’émotion disparurent et à leur place une expression de douceur et de joie envahit son visage. Vronskï ne pouvait comprendre la cause de ce changement. Elle venait de sentir en elle tressaillir une nouvelle vie.