Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol16.djvu/288

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



IV

Après sa rencontre avec Vronskï sur le seuil de sa maison, Alexis Alexandrovitch se rendit, comme il en avait l’intention, à l’Opéra italien. Il y entendit deux actes, et vit tous ceux qu’il avait besoin de voir. En rentrant chez lui, il examina attentivement le vestiaire et remarquant qu’il n’y avait aucun vêtement militaire, il passa dans sa chambre. Mais contre son habitude, il ne se coucha pas de suite et se promena de long en large dans son cabinet, jusqu’à trois heures du matin. La colère qu’il ressentait contre sa femme, qui n’avait pas observé la seule condition qu’il lui eût imposée, à savoir de ne pas recevoir son amant chez elle, ne lui laissait pas de repos. Elle n’avait pas respecté cette condition, il était donc résolu à la châtier et à mettre à exécution la menace qu’il lui avait faite de divorcer et de